Souvent confrontées à un manque de place (ou n’ayant pas de locaux), les associations de protection animale sont amenées à faire appel à des familles d’accueil pour placer certains de leurs pensionnaires.

Les cas particuliers, comme les animaux ayant des problèmes de santé, les plus âgés ou les très jeunes sont prioritairement placés dans des familles qui pourront leur offrir les soins et l’attention nécessaires à leur état, en attendant qu’ils aillent mieux et intègrent le refuge ou qu’ils rejoignent leurs adoptants définitifs.

Comment devient-on famille d’accueil et pour quels animaux ?

Si votre motivation est réelle et que vous avez conscience de l’engagement moral qu’implique une telle décision, alors il ne vous reste plus qu’à prendre contact avec une association.

Qu’il s’agisse de la SPA ou de refuges indépendants, vous ne manquerez pas d’options pour proposer vos services !

La SPA met à disposition un formulaire en ligne pour vous inscrire selon votre département. Vous aurez à répondre à quelques questions (âge, cadre de vie, expérience avec les animaux) et à faire part de votre motivation en quelques lignes.

Si vous souhaitez aider une association locale, vous pourrez trouver les coordonnées de celles de votre région par le biais de l’annuaire du Journal de la Protection Animale.

Vous pourrez ainsi entrer en contact avec les responsables des structures, via leur téléphone ou adresse mail, et vous déplacer directement au refuge après avoir convenu d’un rendez-vous.

Certaines associations n’ont pas de locaux et ne fonctionnent qu’avec le système de familles d’accueil.

Les animaux les plus souvent placés sont des chats ou des chiens. Mais suivant les associations contactées, vous pourrez aussi devenir famille d’accueil pour des NAC 1 ou même des chevaux ou autres équidés

Quels sont les critères pour être retenu comme famille d’accueil ?

Tout d’abord, il vous faut être majeur. Mais si cela n’est pas le cas, avec l’accord et l’appui de vos parents, vous pouvez quand même y prétendre si l’association sollicitée y est favorable.

Vos futurs pensionnaires demanderont du temps et de l’attention (plus ou moins suivant leur état, leur âge, s’ils sont malades ou handicapés). Il vous faudra donc pouvoir être disponible et à l’écoute de leurs besoins.

La patience et la bienveillance sont des qualités nécessaires à cet engagement.

Plus sécurisante qu’un refuge, la famille d’accueil est un vrai réconfort pour l’animal qui y est placé.

Tout type de foyer peut convenir, avec ou sans enfants, à condition toutefois de pouvoir adapter l’espace de vie en fonction de l’animal et que tous les membres de la famille soient d’accord.

Certains animaux auront parfois besoin d’être isolés dans une pièce à part (en cas de maladies contagieuses, ou s’ils ne sont pas encore vaccinés) afin de ne pas contaminer les vôtres si vous en avez.

L’accès à l’extérieur est en général proscrit, générant des risques de perte ou d’accident des animaux placés, et/ou si ceux-ci sont trop jeunes ou malades. Toutefois, en accueil longue durée, cette possibilité peut être étudiée, mais cela implique que les futurs adoptants définitifs devront vivre en maison.

Une pré-visite du lieu d’hébergement sera programmée avec l’association pour confirmer que votre lieu de vie convient à la mission d’accueil et pour définir quel animal pourra trouver sa place chez vous en toute sécurité.

Certaines associations peuvent faire signer un contrat entre elles et les familles pour stipuler les conditions d’accueil des animaux.

La mission et le rôle des familles d’accueil

Voilà, votre demande a été validée par l’association, et vous allez bientôt accueillir un petit protégé !

Votre rôle de famille d’accueil est très important, et l’association qui vous fait confiance a besoin de savoir que vous serez apte à remplir votre mission suivant ces critères :

  • autonomie,
  • réactivité en cas de problème (emmener rapidement un animal en détresse chez le vétérinaire),
  • avoir un moyen de locomotion (pour les visites médicales),
  • envoyer des photos et des messages régulièrement à l’association,
  • sociabiliser et éduquer l’animal (chatons/chiots ou même adultes),
  • accueillir chez vous et renseigner sur le caractère de l’animal les potentiels futurs adoptants.

Y a-t-il un équipement spécifique à prévoir ?

Pour les chats, une litière et éventuellement un arbre à chat ou un griffoir. Et pour tous, une gamelle pour la nourriture et une autre pour l’eau.

Un coussin ou panier pour le couchage. Un collier et une laisse pour la promenade des chiens.

Des jouets seront également les bienvenus car ils contribuent au bon développement des chatons ou chiots, ainsi qu’à l’abaissement du stress chez les adultes.

Et surtout, beaucoup d’amour !

Et si j’ai déjà des animaux chez moi ?

Aucun problème si vous avez déjà des animaux chez vous. Toutefois, le bien-être de ceux-ci est prioritaire. En effet, si la venue des pensionnaires provoque un stress trop important chez eux, il ne faut pas hésiter à contacter l’association pour rompre la mission et trouver une autre famille pour l’animal en accueil.

Mais il ne faut également pas perdre de vue que les animaux, tout comme nous, ont besoin d’un peu de temps pour s’habituer à la présence d’un nouvel individu.

À vous de voir si, au bout de quelques jours, les choses évoluent positivement ou si la cohabitation est vraiment impossible.

La condition absolue pour l’accueil de pensionnaires, est que vos propres animaux soient vaccinés et à jour de leurs vaccins, afin de leur éviter tout risque de contamination.

Que prend en charge l’association ?

En règle générale, les associations prennent à leur charge les soins médicaux, les médicaments et les croquettes si celles-ci entrent dans le cadre d’un régime alimentaire spécifique (diabète ou insuffisance rénale par exemple).

Si l’animal n’a pas de souci particulier, les familles d’accueil s’engagent à prendre en charge la nourriture et la litière.

Toutefois, il arrive souvent que les familles, si elles le peuvent, proposent de régler également les frais médicaux afin de soulager les associations qui sont souvent en difficulté financière.

Différents types d’accueil

Vous pouvez vous engager pour différentes missions :

Accueil d’animaux handicapés ou maltraités, ou trop stressés pour rester en refuge :

Ces pensionnaires ont besoin de soins et d’une attention toute particulière. Un lieu calme et une grande bienveillance à leur égard sont nécessaires. Il peut être préférable dans ces cas de sélectionner une famille sans autre animal afin d’éviter toute autre source de stress supplémentaire.

  • Pour les animaux souffrant d’un handicap, l’association vous expliquera les soins à leur apporter et les possibles manipulations (en cas de membre à remobiliser par exemple).
  • Concernant les éventuelles maltraitances subies par votre protégé, et dans l’attente d’une décision de justice notifiant par procès le retrait définitif de l’animal à son maître maltraitant, il vous incombera de lui redonner confiance en l’être humain.
  • La promiscuité dans les refuges ne convient pas du tout à certains animaux qui trouveront alors tout naturellement leur place en famille d’accueil pour retrouver un équilibre.

Famille d’accueil longue durée :

Vous souhaitez à nouveau avoir la compagnie d’un animal, mais vous voulez être sûr qu’en cas de problème, son avenir sera assuré par un retour à l’association ?

Cette option est donc faite pour vous !

Nicole et Gérard en témoignent :

“Nous avions très envie de reprendre un chat, mais notre âge et des problèmes de santé nous avaient fait renoncer. Quand nous avons été sollicités par l’association Nid’Accueil, cela nous a paru la solution idéale ! Lysia est maintenant parmi nous depuis plusieurs mois, et nous sommes tous les trois ravis de vivre ensemble ! Sauvée de la rue après avoir été attaquée par un chien, cette chatte de 10 ans a perdu un œil et souffre d’insuffisance rénale. Son parcours difficile nous a émus, et nous sommes vraiment très heureux de pouvoir lui faire profiter d’un foyer pour ses vieux jours ! Et nous savons que si nous avons un problème, l’association sera là pour lui trouver une nouvelle famille. “

Accueil de chatons :

Ce type d’accueil est très spécifique et nécessite une grande disponibilité et une connaissance des besoins de ces petits êtres. Les chatons qui vous seront confiés peuvent être soit nouveaux nés, donc non sevrés, soit plus âgés et sevrés (environ 2-3 mois).

  • chatons non sevrés :

Âgés d’à peine quelques heures ou de quelques jours, séparés de leur mère pour diverses raisons (chatte décédée ou sauvage ne s’étant pas laissée attraper ou chatte de particuliers ne l’ayant pas faite stériliser et s’étant “débarrassés” des bébés), ces petits auront besoin de vous jour et nuit ! Vous serez leur maman de substitution.

À vous le biberonnage et la stimulation des sphincters pour l’évacuation des selles et de l’urine (ceux-ci n’étant pas encore fonctionnels et pouvant entraîner leur mort si non stimulés comme le fait la maman).

À partir de l’âge de 3 semaines, le chaton devient apte à faire ses besoins seul et à faire connaissance avec le bac à litière !

Le biberonnage doit se faire dans certaines conditions. Plusieurs tétées par jour et par nuit les premiers temps. Et autant de biberons que de chatons ! Il faut donc être conscient du temps et de l’énergie que cela demande avant de s’engager.

La surveillance du poids des bébés est aussi primordiale. Une pesée journalière permettra de constater l’évolution des petits et d’intervenir rapidement en cas de croissance anormale.

Ne pas hésiter à manipuler les chatons quand ils sont en phase de réveil afin d’aider à leur sociabilisation.

  • chatons sevrés :

Ils ont environ 2 à 3 mois, et ils sont sevrés. Ils sont quasiment autonomes et prêts à découvrir le monde, pleins d’énergie !

Ces petites boules de poils ont chacun leur caractère, et sont parfois très craintifs, méfiants. Votre rôle consistera à les rendre sociables, en jouant avec eux, en les manipulant avec douceur pour qu’ils s’habituent à l’humain et soient ainsi adoptables.

A l’aide de jouets (plumeaux, souris, balles), vous pourrez entrer en contact avec eux, le jeu étant le meilleur moyen de rompre la glace ! Une fois la confiance établie, ils seront à même de faire connaissance avec les bruits rencontrés dans une maison : cris d’enfants, télévision, radio, bruits divers et le redoutable aspirateur !

La plupart du temps, les chatons deviennent sociables en quelques jours, mais il se peut que certains d’entre eux restent très craintifs et inapprochables. Une solution de placement dans un lieu libre et sûr sera alors peut-être à envisager avec l’association qui vous les a confiés.

Les portées de chatons abandonnées sont très nombreuses et sont une charge très importante pour les associations. Rappelons donc ici l’importance de faire stériliser vos animaux, pour éviter des portées non désirées générant soit des abandons soit la mort de ces petits.

Et si je m’attache trop ?

Eh oui, le voilà le réel “risque” de devenir famille d’accueil !

S’attacher à ces animaux en détresse est bien normal et même essentiel. Mais il faut en effet savoir garder une certaine distance, afin d’éviter que des sentiments trop forts n’apparaissent et rendent difficile le moment de la séparation.

Il arrive parfois que les familles souhaitent garder l’animal qu’elles ont accueilli. Ce sont de vraies belles histoires d’amour, et les familles sont prioritaires pour l’adoption.

Mais la plupart du temps, quand le moment est venu de laisser partir les petits protégés vers leur nouvelle vie, la joie de voir l’animal rejoindre un nouveau foyer aimant permet d’accepter la séparation.

Celle-ci sera plus facile si les adoptants envoient des photos et des nouvelles régulièrement aux familles.

Alors, si vous êtes prêts à devenir famille d’accueil, en gardant à l’esprit que votre rôle contribue au bon développement physique et psychique de l’animal et tout en sachant que son séjour chez vous est provisoire, lancez-vous !

De nombreux animaux ont besoin d’un havre de paix pour se construire ou se reconstruire.

Et si c’était chez vous ?

S@WiTi


  1. Nouveaux Animaux de Compagnie