Le « zéro déchet » consiste à vivre en limitant sa production de déchets en consommant « intelligent », et consiste à ne pas jeter de denrées alimentaires, éviter au maximum les emballages jetables, bannir le plastique et les contenants polluants ou même fabriquer certains produits soi-même comme les produits ménagers ou les cosmétiques, dans le but de diminuer son empreinte écologique et d’avoir un impact le plus faible possible sur l’environnement. Ce véritable mode de vie, plus respectueux de l’environnement et qui consiste aussi à agir contre notre société consumériste, se base sur 5 principes fondamentaux qui finalement se croisent :

  • Refuser : les flyers, prospectus, échantillons gratuits ou gadgets achetés sur un « coup de cœur » sont autant de déchets inutiles que l’on peut facilement éviter.
  • Réduire : est-il vraiment nécessaire d’acheter de nouveaux vêtements alors que sa garde robe est déjà bien garnie ? Cet objet nous sera-t-il véritablement utile ? Ne l’avons pas déjà dans un placard ?
  • Réutiliser : le troc vaut mieux que jeter, un objet qui ne nous sert plus peut faire le bonheur de quelqu’un d’autre, un vieux t-shirt peut toujours servir de chiffons…
  • Recycler : les déchets qui ne peuvent être évités peuvent avoir une seconde vie, d’où l’importance du tri qui facilite ensuite les opérations de recyclage.
  • Composter : les matières organiques aussi peuvent être recyclées et servir de base à un compost qui nourrira son jardin… ou celui des autres !

On peut vouloir diminuer sa production de déchets, regarder sa poubelle pleine à craquer et ne pas savoir par où commencer. Nous allons vous donner ici quelques pistes pour changer vos habitudes et entamer, à votre rythme, une vie zéro déchet.

Des habitudes anti gaspi

Des achats raisonnés permettent d’éviter une surconsommation néfaste à tous les niveaux, écologiques comme économiques. Acheter les quantités justes, éviter d’acheter ce dont on n’a pas besoin ou que l’on a déjà, réparer, donner, troquer, sont déjà des premiers pas pour diminuer ses déchets.

Dans la cuisine, on fait attention à ne pas oublier d’aliments au fond du réfrigérateur et on ne jette pas les restes mais on en refait de nouveaux plats : un reste de pâtes peut par exemple devenir un délicieux gratin. Si on mange des fruits et légumes biologiques, leurs peaux, fanes et pelures peuvent tout à fait se manger : les peaux et épluchures peuvent se transformer en chips, cakes ou tartes, les fanes de radis ou de carottes en soupe ou veloutés. Du pain rassis devient du pain perdu, un reste de bouillon peut se congeler dans des bacs à glaçons, de l’eau de cuisson non salée va arroser les plantes plutôt que de finir dans l’évier1.

Pain perdu aux framboises – Helle K. Bakeland via www.foodiesfeed.com

Pour ce qui est trop abîmé ou qui n’est pas réutilisé, pensez au compostage. Même en appartement il est possible de faire son propre compost en achetant ou fabriquant un composteur. Certaines municipalités comme Paris installent des composteurs collectifs dans les immeubles et d’autres collectent tous les biodéchets pour un compostage de masse professionnel

Des composteurs – Antranias via www.pixabay.com

Utiliser des matières durables

Afin de limiter au maximum son impact sur l’environnement, il est nécessaire d’abandonner les contenants en plastique et les aliments emballés. Les épiceries qui proposent des aliments en vrac sont ainsi une excellente solution et l’on peut alors conserver les denrées dans des bocaux en verre, qui ne contiennent en outre pas de substances nocives pour la santé. Et pour faire ses courses, préférez des sacs en tissu ou des sacs cabas réutilisables aux sacs plastiques ou jetables.

Denrées conservées dans des bocaux en verre – FitNishMedia via www.pixabay.com

A la maison, l’essuie-tout à usage unique dont la fabrication nécessite quantité d’eau et d’arbres, peut aisément être remplacé par de l’essuie-tout ou des microfibres lavables. Les capsules de café et les sachets de thé sont une importante source de déchets. Il peut être intéressant d’utiliser une boule à thé et d’investir dans une cafetière à piston ou une cafetière italienne qui permettra en plus d’utiliser le marc de café pour nettoyer les tuyaux de l’évier. Les bouteilles en plastique pourront quant à elles être remplacées par une gourde en acier non inoxydable.

Gourde en inox – Gesina Kunkel via Unsplash

Côté hygiène, on peut choisir une brosse à dents en bambou avec des poils en nylon qui en fin de vie pourra être recyclée. Toujours pour éviter le plastique, un oriculi ou cure oreille, petit bâtonnet en bois recourbé réutilisable, fait une alternative écologique aux cotons-tiges.

Il est également possible d’utiliser des couches lavables et réutilisables pour son bébé, des lingettes démaquillantes en tissu et de trouver des serviettes hygiéniques lavables également. Celles-ci remplacent les serviettes jetables ou les tampons et s’avèrent aussi discrètes qu’imperméables. Pensez aussi aux rasoirs de sûreté que vous pourrez conserver des années plutôt qu’aux rasoirs jetables en plastique.

Concernant les produits d’hygiène et les cosmétiques, ceux-ci contiennent une grande quantité d’eau qui est inutile. On peut alors opter pour du solide : savons, shampoings, dentifrices, déodorants ou encore pains de rasage. Plus écologiques, ils limitent aussi les contenants plastiques des produits classiques.

Savons et shampoings solides – Free-Photos via www.pixabay.com

Le Do It Yourself : faites-le vous-même

Et pourquoi ne pas aller encore plus loin en fabriquant soi-même certains produits ? Pas besoin d’être chimiste ou un as de la couture, beaucoup de produits, qu’il s’agisse de produits nettoyants, d’hygiène ou de cosmétique, se fabriquent avec peu d’ingrédients ou de matériel et selon des méthodes accessibles à toutes et tous. De très nombreux sites proposent des tutoriels, à chacun de trouver ceux qui lui conviennent le mieux.

Le site L’Info Durable par exemple propose des recettes de produits ménagers pour nettoyer les sols, la cuisine et la salle de bain avec seulement 3 ingrédients : le bicarbonate, le vinaigre blanc et le savon noir.

Le bicarbonate de soude, très utilisé dans les recettes de produits ménagers “faits maison” – EKramar via www.shutterstock.com

Le site Vence Zéro Déchet donne quant à lui des recettes à base d’huiles essentielles pour fabriquer pâte à récurer, liquide vaisselle ou encore lessive.

Il est possible de fabriquer son propre essuie-tout en suivant pas à pas le tutoriel du Petit Atelier de Sam, pour un essuie-tout lavable et qui plus est original.

L’essuie-tout lavable du Petit Atelier de Sam

Alice Lem nous guide via son blog pour fabriquer soi-même lunch bag, sacs à vrac en tissu ou produit nettoyant pour WC.

Avec Edith et son site Jolichahut, le maquillage se fait aussi soi-même avec ses recettes de poudres ultra simples.

Et grâce à Jujube en cuisine, on peut maintenant fabriquer ses propres cotons démaquillants lavables en recyclant du vieux linge de maison

Les jolis cotons démaquillants de Jujube en cuisine

Voilà déjà plein d’astuces et de conseils pour diminuer son impact sur l’environnement et tendre vers le zéro déchet.  Alors, on s’y met ?

Citron Vert

  1. Astuces issues du livre Green Cuisine d’Emilie Hébert